La technique de la gouache

Les gouaches se composent de gomme arabique et de pigments.
Elles contiennent également une assez forte proportion de charge (substance neutre servant à épaissir et opacifier la peinture) à la différence des aquarelles. Cette quantité de charge donne aux gouaches leur opacité et leur onctuosité.
Elles se prêtent surtout aux techniques d’aplats mais peuvent aussi être travaillées semi-diluées pour obtenir des effets de transparence proches de l’aquarelle.
Il est plus difficile de réussir fondus et dégradés car elle sèche vite.
La gouache ne se travaille pas en épaisseur et n’est pas destinée aux empâtements.
Au séchage, les gouaches ont tendance à blanchir et à se matifier.
Elles possèdent un film velouté, très beau mais fragile et réversible : les couleurs peuvent se rediluer à l’eau même après séchage. C’est pourquoi il est important de ne pas “patouiller” : la franchise du geste et des couleurs au premier coup compte beaucoup !
Préférez les gouaches fines ou extrafines. Une gouache riche en pigments finement broyés donne une peinture lumineuse et agréable à travailler. Une trop forte proportion de charge ou de liant entraîne une dispersion irrégulière des pigments et la formation de taches et de traînées.
Les marques de gouaches que je recommande sont Horadam (Schminke), Linel (Lefranc Bourgeois), Pébéo (Maquette) et Lascaux.
Les nuanciers offrent de magnifiques couleurs. Vous pourrez néanmoins n’utiliser que les trois couleurs primaires : jaune citron, bleu cyan et rouge magenta assorties du blanc et du noir.
Des brosses plates ou rondes synthétiques ou en soie de porc conviennent parfaitement à cette technique.
Utilisez du papier minimum 160 grammes, blanc ou teinté.

Les aplats

un aplat est une surface de couleur opaque, uniforme et régulière.
Diluez légèrement votre peinture pour obtenir une consistance crémeuse, onctueuse et homogène.
Un bel aplat ne doit pas présenter de traînées ou de reprises : chargez suffisamment le pinceau pour ne pas vous interrompre au milieu ! Pour de grandes surfaces, il faut procéder par l’application de bandes successives qui se fonderont les unes aux autres.
Un aplat est plus facile à réaliser en mélangeant un tout petit peu de blanc à la couleur. Vous constaterez qu’avec certaines couleurs il est plus difficile d’avoir un bel aplat à cause des propriétés des pigments qui sont plus ou moins couvrants.

Les lavis

un lavis est une surface de couleur transparente.
En diluant beaucoup la gouache avec de l’eau vous obtiendrez de beaux jus colorés semblables à l’aquarelle.
En mouillant à l’eau claire le papier avant de commencer votre lavis les pigments pénètreront moins vite dans le papier et les coups de pinceau seront invisibles.
Pour dégrader un lavis, il faut rajouter progressivement de l’eau à la couleur et travailler en bandes successives qui se fondront les unes dans les autres.
Pour fondre deux couleurs ensemble, procéder de la même façon, en bandes colorées, sur papier humide, ce qui aidera les couleurs à se mélanger.
N’hésitez pas à combiner la technique du lavis à celle des aplats pour exploiter au mieux les possibilités de la gouache.